Sous-alimentation

29 avril 2010

Sous-alimentation

La sous-alimentation ou sous nutrition est un état de manque important de nourriture caractérisé par un appport alimentaire insuffisant pour combler les dépenses énergitiques journalières d'un individu et entraînant des carences nutritionnelles. Chez l'être humain, la sous-nutrition prolongée entraîne des dommages irréversibles aux organes et au final, la mort.

Il convient de distinguer la sous-nutrition de la malnutrition, qui associe également une forte dimension qualitative.

D'après l'organisation des Nation Unis pour l'alimentation et l'agriculture (FAO), plus de 25000 personnes meurent chaque jour de sous-nutrition, et plus de 800 millions de personnes sont chroniquement en sous-nutrition. La plupart de ces personnes se trouvent dans les pays en développement.rubon20_1_

Posté par sousalimentation à 09:19 - Commentaires [0] - Permalien [#]


Sur alimentation pour une part de l'humanité

La grande majorité des habitants des pays développés et une petite partie des pays en développements sont abondamment nourris. Selon l'organisation mondiale de la santé ( OMS), plus d'un milliard d'adultes dans le monde sont même en surpoids, et 300 millions d'entre eux sont obèses.

En France plus de 40% des personnes de plus de 15 ans sont en surpoids et plus de 11% sont obèses. Cette suralimentation a pour conséquence l'augmentation de certaines maladies tel que le diabète, cancers, ou problèmes cardio-vasculaires.

Posté par sousalimentation à 09:36 - Commentaires [3] - Permalien [#]

sous-alimentation pour une autre partie de l'humanité

Dans les pays en développement, près d'une personne sur cinq est sous alimentée; en Afrique, c'est une personne sur trois.

80% de ces personnes vivent en milieu rural, ce sont principalement de petits agriculteurs, des éleveurs nomades, pêcheurs, exploitants de ressources forestières... Les plus touchés sont les femmes, en particulier les femmes enceintes ou allaitant, et les enfants.

Cependant la faim est aussi présente dans les pays développés, en 2003 selon un rapport du ministère de l'agriculture des Etats-Unis, 11% des ménages soit 12,6 millions de foyers étaient en situation de précarité et souffraient de sous-nutrition.

La situation est beaucoup moins bien connue en europe, où il n'existe pas d'enquête systématique et de statistiques représentatives à ce sujet.

Posté par sousalimentation à 09:45 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Reconnaissance internationale du problème de la faim

La reconnaissance internationale officielle de la faim remonte aux années 1930 et fut suivie par la création de la F.A.O.L'un des but de cet organisme est en effet de "libérer l'humanité de la faim". Plusieurs déclarations internationnales faisants référence à cette question ont été adoptés, dont la déclaration universelle des droits de l'homme "toute personne a droit à un niveau de vie suffisant pour assurer sa santé, son bien être et ceux de sa famille, notamment pour l'alimentation".

La déclaration de Rome sur la sécurité alimentaire mondiale, signée par près de 190 chefs d'état  et de gouvernement lors du sommet mondial de l'alimentation en 1996 réaffirme "le droit de chaque être humain d'avoir accès à une nourriture saine et nutritive..."

Mais lors du deuxième Sommet mondial de l'alimentation en 2002, il a fallu admettre que les pays en développement compteraient sans doute encore environ 600 millions de personnes sous-alimentées en 2015.

Posté par sousalimentation à 10:17 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Les différentes causes de la sous-alimentation

La surpopulation

Dans son essai sur le principe de population, Thomas Robert Malthus (1766-1834) affirme que l'être humain comme tout être vivant n'échappe pas aux besoins constants d'accroissement de l'espèce.

Une espèce vivante augmente constament sa popullation temps que cette dernière ne rencontre pas d'obstacle, par conséquent,inévitablement l'espèce humaine se retrouvera tôt ou tard confrontée à des besoins qui dépasseront la disponibilité alimentaire.

Depuis leur publication, les thèses de Malthus ont inspiré de nombreuses analyses et alimenté de vives controverses, des rapports furent publiés rapportants que la croissance démographique conjuguée à l'activité humaine (industrie) entraîne l'épuisement des ressources naturelles ainsi que des pollutions.

Les analyses malthusiennes ont sans doute permis de rendre compte de situations agricoles et alimentaires graves en certains lieux et à certaines époques. Mais elles ont aussi été largement démenties par les faits. dans de nombreuses régions du monde, la production agricole a crû plus vite que les besoins de la popullation, et le rythme de la croissance démographique a fléchi car le taux de fécondité a diminué suite à une baisse du taux de mortalité.

La pauvreté

Parmis les causes de la sous-alimentation, la pauvreté fait clairement partie des principaux facteurs, en effet des études démontrent que dans plusieurs crises alimentaires (Bengale 1943, Bangladesh 1974...), les disponibilités alimentaires par personne dans les régions touchées n'étaient pas en baisse, elle étaient même plus élevées que certaines années qui ne connurent pas ce fléau.

Pourtant, dans chaque cas certains groupes sociaux bien particuliers furent frappés par la famine, en effet leur capacité d'accès à la nourriture baissa de manière dramatique.

Ainsi au Bengale en 1943, les familles de pêcheurs, de transporteurs et d'ouvriers agricoles vivants en milieu rural subirent une réduction sévère de leur capacité d'accès au riz car leur revenus stagnaient, voir baissaient alors même que le prix du riz augmentait énormément suite au conséquences de la seconde guerre mondiale.

Il s'agissait donc paradoxalement d'une famine en plein boom économique, ce qui signifie que ce problème n'est pas uniquement forcémnt lié à un manque de nourriture due à des phénomènes naturels ou de sur-population.

La révolution verte

A partir des années 1960, dans le contexte de guerre froide, des variété de blé, riz, maïs et quelques autres plantes ont été sélectionnées pour donner de très haut rendements.

Cependant ces plantes pour être en conditions optimales devaient être plantées puis traitées avec des engrais et pesticides pour évoluer correctement. Pour ce qui est du riz il fallait pratiquer une irrigation et un drainage parfaitement maîtrisé.

De nombreux paysans ont adoptés ces nouvelles variétés de plantes plus productrices en particulier dans des pays comme l'Inde, l'Indonésie, les Philippines, la Thaïlande...

Ainsi, dans plusieurs pays dont l'Inde, la révolution verte a permis d'accroitre la production agricole à un rythme plus rapide que celui de la population.

Cependant cette nouvelle agriculture a eu un impact écologique important, et celle-ci n'a pas empêché la persistance d'une sous-alimentation importante dans ces pays.

Posté par sousalimentation à 16:26 - Commentaires [0] - Permalien [#]


10 mai 2010

800px_Sous_alimentation_2007_1_

En 2005, quelque 854 millions de personnes souffraient de la faim dans le monde. En valeur relative, la part des victimes de la faim a baissé de trois points depuis 1990-1992, pour s'établir à 17 % de la population mondiale[9]. Les régions les plus en difficultés sont l'Afrique et le Proche-Orient. En Afrique subsaharienne, le nombre des mal nourris (206 millions de personnes) a augmenté de 37 millions de personnes sur les dix dernières années[9]. Les pays les plus touchées par la faim sont ceux qui sont en guerre ou qui sortent d'un conflit.

Personnes souffrant de sous-alimentation par pays entre 2002 et 2004 selon la FAO

Pays Personnes

sous-alimentées

(en millions)

Inde 209,5

Chine 153,7

Bangladesh 44,0

République démocratique du Congo 39,0

Pakistan 37,5

Éthiopie 32,7

Tanzanie 16,4

Philippines 14,6

Indonésie 13,8

Thaïlande 13,8

Brésil 13,1

Viêt Nam 13,0

Nigeria 11,4

Kenya 9,9

Soudan 8,7

Mozambique 8,3

Corée du Nord 7,6

Yémen 7,6

Madagascar 6,6

Ouzbékistan 6,5

Zimbabwe 6,0

Colombie 5,9

Mexique 5,3

Zambie 5,0

Posté par sousalimentation à 21:47 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Perspectives pour 2050

Selon les projections démographiques des Nations Unies établies en 2004, la planète comptera en 2050 entre 7,6 et 10,6 milliards  d'humains.

Sur la base de projections démographiques, P. Collomb, agronome et démographe français, à calculé pour chaque pays les disponibilités en kilocalorie d'origine végétale et d'origine animale qui seront nécessaires en 2050 pour que l'ensemble de la population puisse manger tout juste correctement.

D'après ses calculs, les besoins alimentaires en kilocalories d'origine végétale auront, à l'échelle du monde, à peut près doublé en 2050 par rapport à 1995. Ils seront multipliés par 1,8 en Amérique latine et Caraïbe, 2,2 en Asie et 4,9 en Afrique.

Dans plusieurs pays de ce continent ils ferons même plus que décupler.

En revanche, dans les pays développés, ces besoins pourraient légèrement diminuer.

Pour relever ce défis alimentaire, certains pensent à de nouvelles extensions de la révolution agricole contemporaine telle qu'elle s'est déployées au cours de la seconde moitié du XXème siècle.

Cette agriculture permet d'atteindre des rendement très élevés, cependant celle-ci nécéssite une importante production par travailleur, et entraîne des problème de pollution.

Posté par sousalimentation à 21:52 - Commentaires [0] - Permalien [#]

OGM

Il est évident que les organismes génétiquement modifiés présentent des aspects très intéressant, tel qu' un rendement élevé, une résistance aux maladies et aux ravageurs, tolèrant aux conditions climatiques extrêmes, sols pauvres...

Cette agriculture paraît être parfaite pour lutter contre les problèmes de sous-alimentation. Cependant l'essentiel du financement des recherches sur les OGM concerne les cultures des pays développés.

Ainsi en 2004, 70% des OGM cultivés dans le monde étaient consacrés à des cultures de soja et de maïs servant surtout à l'alimentation animale dans les pays développés. Dans l'hypothèse où ces paysans auraient accès à des OGM performants et inoffensifs, encore faudrait-il qu'ils puissent accéder à l'eau nécessaire pour exploiter le potentiel de ces semences. De plus la dissémination d'OGM est particulièrement difficile dans les régions tropicales, car les écosystèmes cultivés y sont en général plus complexes que ceux des régions tempérées.

Posté par sousalimentation à 21:55 - Commentaires [0] - Permalien [#]

12 mai 2010

spiruline contre la sous-alimentation

spiruline2_1_Traditionnellement récoltée sur les bords du lac Tchad, la spiruline y est consommée depuis la nuit des temps par la population Kanembou et lui permet d'afficher une santé insolente en comparaison avec ses voisins, malgré l'extrême pauvreté du pays et son niveau de vie très bas.   

Cette constatation a poussé la communauté scientifique à se pencher sur le dihé (l'algue bleue en langage du pays), pour en percer les secrets et exploiter ses vertus.
D'utilisation simple, la spiruline présente l'avantage d'être très digeste et facilement assimilable. Elle est consommable fraîche, crue ou cuite, ou réduite en poudre après séchage. Elle se mélange aisément à tous les aliments, auxquels elle ne se substitue cependant pas, et vient en compléter la ration protéinique et vitaminique.
Sa saveur, douce à l'état naturel, rappelle celle du poisson séché après traitement de conservation. Elle est particulièrement adaptée au goût africain et fait de cette algue le complément alimentaire idéal pour les populations dénutries de ce continent.

Ceci représente un réel espoir en matière de récupération nutritionnelle pour les populations subissant, année après année, des famines aussi régulières que meurtrières ! 

Spirulina arthrospira platensis pour les scientifiques, la spiruline est une algue microscopique pluricellulaire qui croît à l’état naturel dans les eaux alcalines et saumâtres des lacs et mers intérieures en région tropicale. De couleur bleue, en forme de spirale, mesurant à peine 0,2 à 0,3 mm de long, la spiruline colore en vert, par photosynthèse, les eaux dans lesquelles elle se développe.

Cyanobactérie à haute valeur protéique et vitaminique, la spiruline présente les caractéristiques d'un aliment complet et en possède tous les composants : protéinnes en proportion considérable, vitamines, sels minéraux, glucides, pigments, oligo-éléments et acides gras essentiels.

Elle est considérée comme l'aliment le plus riche en protéines actuellement connu. Celles-ci constituent en effet 60 à 70% de son poids sec, ce qui est un taux record. A titre d'exemple, la farine de soja en contient, elle, 35%. Ses protéines sont de surcroît d'excellente qualité car elles comprennent tous les acides aminés essentiels.
La spiruline constitue également une source intéressante de fer, de bêta-carotène et de vitamines du groupe B qui y sont présents en quantité très appréciable.

Tout ceci fait de cette petite algue bleu-vert un allié précieux dans le domaine très délicat de la renutrition. La spiruline est appelée à jouer un rôle important pour la survie des populations défavorisées d'Afrique ou d'ailleurs : nombreux sont aujourd'hui ceux qui voient en elle l'aliment providentiel du futur.

Posté par sousalimentation à 08:50 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

Qu'est-ce que l'OMS

L’OMS est l’autorité directrice et coordonatrice, dans le domaine de la santé, des travaux ayant un caractère international au sein du système des Nations Unies. Elle est chargée de diriger l’action sanitaire mondiale, de définir les programmes de recherche en santé, de fixer des normes et des critères, de présenter des options politiques fondées sur des données probantes, de fournir un soutien technique aux pays et de suivre et d’apprécier les tendances en matière de santé publique.

Au 21ème siècle, la santé est une responsabilité partagée qui suppose un accès équitable aux soins essentiels et la défense collective contre des menaces transnationales.

Posté par sousalimentation à 08:59 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :