La surpopulation

Dans son essai sur le principe de population, Thomas Robert Malthus (1766-1834) affirme que l'être humain comme tout être vivant n'échappe pas aux besoins constants d'accroissement de l'espèce.

Une espèce vivante augmente constament sa popullation temps que cette dernière ne rencontre pas d'obstacle, par conséquent,inévitablement l'espèce humaine se retrouvera tôt ou tard confrontée à des besoins qui dépasseront la disponibilité alimentaire.

Depuis leur publication, les thèses de Malthus ont inspiré de nombreuses analyses et alimenté de vives controverses, des rapports furent publiés rapportants que la croissance démographique conjuguée à l'activité humaine (industrie) entraîne l'épuisement des ressources naturelles ainsi que des pollutions.

Les analyses malthusiennes ont sans doute permis de rendre compte de situations agricoles et alimentaires graves en certains lieux et à certaines époques. Mais elles ont aussi été largement démenties par les faits. dans de nombreuses régions du monde, la production agricole a crû plus vite que les besoins de la popullation, et le rythme de la croissance démographique a fléchi car le taux de fécondité a diminué suite à une baisse du taux de mortalité.

La pauvreté

Parmis les causes de la sous-alimentation, la pauvreté fait clairement partie des principaux facteurs, en effet des études démontrent que dans plusieurs crises alimentaires (Bengale 1943, Bangladesh 1974...), les disponibilités alimentaires par personne dans les régions touchées n'étaient pas en baisse, elle étaient même plus élevées que certaines années qui ne connurent pas ce fléau.

Pourtant, dans chaque cas certains groupes sociaux bien particuliers furent frappés par la famine, en effet leur capacité d'accès à la nourriture baissa de manière dramatique.

Ainsi au Bengale en 1943, les familles de pêcheurs, de transporteurs et d'ouvriers agricoles vivants en milieu rural subirent une réduction sévère de leur capacité d'accès au riz car leur revenus stagnaient, voir baissaient alors même que le prix du riz augmentait énormément suite au conséquences de la seconde guerre mondiale.

Il s'agissait donc paradoxalement d'une famine en plein boom économique, ce qui signifie que ce problème n'est pas uniquement forcémnt lié à un manque de nourriture due à des phénomènes naturels ou de sur-population.

La révolution verte

A partir des années 1960, dans le contexte de guerre froide, des variété de blé, riz, maïs et quelques autres plantes ont été sélectionnées pour donner de très haut rendements.

Cependant ces plantes pour être en conditions optimales devaient être plantées puis traitées avec des engrais et pesticides pour évoluer correctement. Pour ce qui est du riz il fallait pratiquer une irrigation et un drainage parfaitement maîtrisé.

De nombreux paysans ont adoptés ces nouvelles variétés de plantes plus productrices en particulier dans des pays comme l'Inde, l'Indonésie, les Philippines, la Thaïlande...

Ainsi, dans plusieurs pays dont l'Inde, la révolution verte a permis d'accroitre la production agricole à un rythme plus rapide que celui de la population.

Cependant cette nouvelle agriculture a eu un impact écologique important, et celle-ci n'a pas empêché la persistance d'une sous-alimentation importante dans ces pays.